This site uses cookies to offer you a better browsing experience.
Find out more on how we use cookies in our privacy policy.

 
Liber

Héliogabale. Drame en quatre actes

Jean Genet

Genet aborde les thèmes qui lui sont chers, dans les règles de l’art mais en laissant affleurer un lyrisme bien tenu.

Juin 1942. Jean Genet est incarcéré à la prison de Fresnes, condamné à huit mois de réclusion pour vol de livres. À trente et un ans, le détenu n’a encore rien publié ; mais la cellule est un lieu propice à l’éclosion de son talent littéraire. Il y écrit son premier roman, Notre-Dame-des-Fleurs, et le long poème Le Condamné à mort. L’attrait du théâtre se fait déjà sentir, comme en témoigne Héliogabale, ce drame à l’antique dont un manuscrit a été enfin retrouvé à la Houghton Library. L’existence de cette pièce était attestée, Genet l’ayant fait lire à quelques proches et ayant exprimé le souhait qu’elle soit publiée et créée — avec Jean Marais dans le rôle-titre. Rien de cela n’eut lieu et l’écrivain n’y revint plus.

Voilà donc, plus de quatre-vingts ans plus tard, la mise en scène des dernières heures d’Héliogabale, jeune prince romain assassiné, telles que Genet les a rêvées et méditées. Au travers de cette figure solaire, hautement transgressive et sacrificielle, à laquelle Antonin Artaud avait consacré un essai flamboyant en 1934, Genet aborde les thèmes qui lui sont chers, dans les règles de l’art mais en laissant affleurer un lyrisme bien tenu : le travestissement et l’homosexualité, la sainteté par la déchéance, la beauté par l’abjection. Un envers du monde social où l’auteur, apprenti dramaturge, entend déjà trouver ses vérités, situer son œuvre à venir et inventer sa propre légende.

Comments

    Add a comment